Wednesday, October 26, 2016

Vous avez le droit d'avoir des défauts



Je me demande quels sont vos défauts.
Êtes-vous...stressé ? Agressif ? Colérique ? Peureux ? Égoïste ? Mou ? Irresponsable ? Manipulateur ? Superficiel ? Impatient ? Retardataire ? Paresseux ? Négatif ? Triste ? Arrogant ? Bordélique ? Accro ? Vulgaire ? Pessimiste ? Immature ? Avare ? Naïf ? Blessant ? Maladroit ? Dépendant socialement ? Hypersensible ? Jaloux ? Hypocrite ? Capricieux ?

Il existe plus d'une centaine de défauts, divers et variés, et nous en avons tous. Tous.

Certains peuvent créer en nous des complexes presque impossibles à surmonter, au même titre qu'un complexe physique. Une fois que vous vous êtes découvert un défaut, vous avez l'impression d'être un inadapté, d'être nul, que tout le monde doit vous détester et que vous allez perdre tous vos amis.

Calmez-vous.

Il y a plusieurs façon d'appréhender un défaut afin de pouvoir mieux l'accepter et vous accepter.

1. La gravité d'un défaut change selon chacun

Un défaut peut être très mal accepté par une personne, alors que quelqu'un d'autre s'en souciera fort peu. Par exemple, on pourra vous dire qu'être hypersensible n'est pas quelque chose de grave du tout, alors qu'une autre personne ne le supportera pas. Vous pouvez être bordélique, et vos amis peuvent ne pas voir le problème du tout, alors que votre mère aura juste envie de jeter toutes vos affaires par la fenêtre.

Pour moi, l'exemple le plus parlant est la jalousie (j'aime bien parler de ce défaut). Les gens tiennent souvent des discours comme "la jalousie est une preuve d'amour", "si elle n'est pas exagérée elle peut être bénéfique pour un couple", etc. Pour beaucoup de monde, la jalousie n'est pas un défaut gênant.
Pourtant c'est l'un des défauts que je supporte le moins. Je ne veux pas en voir un gramme chez mon partenaire. Je ne peux pas la concevoir en peinture.

Mais d'un autre côté, la superficialité est pour moi un défaut très peu important, ne présentant aucun problème. Pour moi il s'agit juste d'une différence de personnalité : on n'est pas toujours obligé d'avoir des connaissances approfondies sur tout et de tenir des conversations philosophiques à longueur de journée.
Mais pour d'autres ce sera un défaut insupportable.

Votre copain peut vous quitter parce que vous vouez une adoration à la saga Harry Potter parce qu'il aura trouvé ça étouffant. Et ça vous donnera l'impression d'être nul, de ne pas être normal.
Mais finalement non, en fait, parce qu'il y aura plein de gens qui adoreront cette partie de vous, ou y seront juste indifférent.

Les défauts sont purement relatifs. Comme les qualités.


2. Ne croyez pas toujours ce qu'autrui vous dit de vous.

Anaïs Nin a dit : "La honte est un mensonge que quelqu'un vous a dit à propos de vous-même."

Si j'avais dû écouter chaque fois que quelqu'un m'a dit l'un de mes défauts, je serais le plus grand monstre sur terre.

Une personne fonctionne à l'a priori. Elle se demande pas comment vous êtes vraiment. Elle se fait une idée en se basant d'une anecdote, d'une phrase, et elle vous balance une synthèse.

De plus, les gens ont tendance à déformer la réalité suivant leurs vexations personnelles. Si vous vous disputez avec quelqu'un, celle-ci vous dira que vous êtes agressif et colérique.
Si vous refusez une faveur à un tiers, vous serez égoïste.
Les gens se rassurent comme ils peuvent pour se donner une vision de la réalité qui colle avec leur confort.
"L'égoïste, c'est celui qui ne pense pas à moi."

Donc n'écoutez pas forcément les défauts desquels on vous taxe. Il n'y a que vous qui pouvez vous connaître véritablement. Faites-vous confiance.


3. Vous avez le droit d'avoir des défauts.

Tout le monde a des défauts. Tout le monde. Vous ne trouverez jamais une personne "parfaite". Ce qui fait que vous avez le droit d'avoir des défauts, quels qu'ils soient. Ne soyez pas aussi impitoyables avec vous même (et avec les autres).

Arrêtez de vous détester parce que vous vous trouvez trop ceci, trop cela, trop sensible, trop négatif, parce que vous n'arrivez pas à gérer vos addictions, etc. Vous avez le temps de vous améliorer, et vous avez également le droit, en attendant, d'être vous-même avec vos défauts. Arrêtez d'exiger d'être surhumain. Vous ne l'êtes pas, et personne ne l'est.
Tout le monde a des défauts.

4. Nous sommes des êtres équilibrés.

Vous avez des défauts. C'est un fait. Mais vous avez aussi des qualités.
Vous voulez faire un exercice ? Voici une liste de 206 qualités. Prenez une feuille et de quoi écrire, et examinez chaque qualité, en vous demandant de la façon la plus objective possible : est-ce que je me reconnais dans cette qualité ? N'hésitez pas à demander à un proche bienveillant en qui vous avez confiance (un ami qui n'hésite jamais à booster votre bonne humeur, par exemple) de jeter un oeil à cette liste et de repérer des qualités que vous ne vous seriez pas accordées spontanément. N'hésitez pas à argumenter, à trouver des exemples de la vie quotidienne où cette qualité s'est exprimée. Votre ami ne vous qualifierait pas d'ambitieux ? Prouvez-lui le contraire avec des exemple frappants !

Puis, comptez le nombre de qualités trouvées. Combien en avez-vous ? 30 ? 50 ? 100 ?
Je suis sûre que vous pouvez en trouver 100 ! Autant de qualités, ce n'est pas génial ?

Après tout ça, est-ce que vos défauts ont encore beaucoup de poids ?

Vous êtes un être merveilleux à part entière. A côté d'une crise de colère, vous écrivez des poèmes magnifiques. Vous arrivez en retard en cours, mais le soir, vous dévorez les livres comme personne. Vous parlez fort, mais vous adorez aider les autres, les écouter et les réconforter.
Vous n'arrivez pas à être végétarien, mais vous donnez toujours de l'argent aux gens que vous croisez dans la rue.

Vous n'êtes pas vos défauts. Vos défauts ne sont pas ce qui est important chez vous et ce n'est pas ce dont les personnes se rappelleront.

No comments :

Post a Comment