Wednesday, July 6, 2016

Soyez le personnage principal de votre propre roman

Lorsque je dis que j'aimerais vivre plus de 100 ans, les gens me disent "oui mais...à partir d'un certain âge,tu ne sauras plus faire les choses par toi-même, et tu seras dépendante des autres. Ce doit être affreux."
C'est vrai que c'est effrayant, quand on y pense. Ne plus savoir faire certaines choses tout seul, devoir être constamment entouré, avoir les autres qui prennent des décisions pour nous.

Aujourd'hui, j'avais envie de passer la soirée avec quelqu'un. J'ai contacté un ami. Pas dispo. Deux amis. Pas dispo. Trois amis. Quatre amis. Cinq. Six.
A un moment ça devenait ridicule, mais je ne pouvais pas admettre que j'allais passer la soirée seule.

Je vois partout des gens qui demandent l'avis des autres avant d'acheter quelque chose. Je vois des mecs qui disent à leur copine ce qu'elles peuvent porter. Je vois des mères qui disent à leur fille ce qu'elles ont le droit de manger.
Un peu comme dans une maison de retraite, où on décide pour vous quelle épaisseur de fromage vous mettrez sur votre tartine lors du souper de 17h.

On ne veut pas vieillir parce qu'on a peur de la dépendance mais nous passons notre vie à être dépendant. Nous passons notre vie à chercher la présence des autres, à parler du grand amour, à vouloir trouver un copain ou une copine, à demander l'avis des autres, à s'inquiéter du regard de l'autre.
Nous sommes des petits vieux incapables de vivre notre vie sans s'inquiéter de personne.

Qu'on soit clairs. J'aime mes amis. J'aime les relations sociales. J'aime être amoureuse. Je ne suis pas particulièrement en faveur de la vie en ermite.
Mais je n'aime pas l'usage que nous avons des relations sociales, à présent.

Nous ne faisons plus de connexions. Nous bâtissons des dépendances et du contrôle, et des insécurités. Nos relations ne sont plus basées sur un enrichissement possible mais sur des notions d'appartenance et de jugement.

Tout doit être fait en fonction de l'autre. Comment on s'habille, comment on se maquille, quel métier on choisit, avec qui on sort. Qu'est-ce qu'on va penser de moi ?
On veut contrôler l'autre, on veut qu'il nous appartienne. Qu'est-ce qu'il porte ? Qui voit-il ? Est-il fidèle (hashtag labrador) ?
Dès que nous sommes célibataires, nous paniquons. Avoir peu (ou pas) d'amis est vu comme la preuve d'un esprit déréglé.

Et nous avons peur de vieillir, parce que nous avons peur d'être dépendant des autres ? Laissez-moi rire.

Je pense qu'il est temps de se détacher des autres. De s'enrichir grâce aux relations, et non de s'emprisonner et de se limiter.
Vous savez quels défauts j'adore ? Égoïsme. Narcissisme. Égocentrisme. J'adore.
Ce n'est pas normal, d'être un personnage secondaire de votre propre roman.Vous devriez être le personnage principal. Personne ne devrait être plus important que vous.
Les autres sont le personnage principal de leur roman à eux.
Cela ne vous empêche pas d'aider autrui, de donner, d'être généreux et altruiste. Mais vous, en premier.
Quand on libère les masques dans un avion, vous devez mettre le vôtre en premier, avant d'aider les autres à mettre le leur. Sinon, vous risquez de ne pas avoir la force d'aider les autres, et vous serez moins efficace. N'importe qui, qui a pris l'avion, le sait.
La vie fonctionne aussi comme cela. Si vous vous négligez, si vous ne vous faites pas passer avant les autres, vous n'arriverez pas à aider les autres.
Je sais que c'est dur à avaler. On nous dit toute notre vie qu'on ne compte pas, qu'on doit aider à tout prix, se sacrifier, s'oublier pour les autres, on nous agite l'égoïsme sous le nez comme un vice à éviter, et tout à coup, on nous dit qu'on est important ? Dur à croire.

Apprenez à ne demander aucun avis. Apprenez à ne pas vous inquiéter de ce qu'autrui pensera. Apprenez à vous faire passer en premier. Apprenez à rester seul et à vous kiffer seul.
Apprenez, au moins une fois, à vous en foutre.

Lorsque vous ne dépendrez plus des autres, vous pourrez vous épanouir pleinement. Vous aurez moins peur d'être vous-même. Vous suivrez vos rêves et vos envies, sans vous faire dicter votre loi.
Vous arriverez à vous kiffer sans avoir quelqu'un pour vous dire chaque jour "tu es kiffable". BIEN SÛR QUE VOUS ÊTES KIFFABLE, vous n'avez besoin de personne pour le confirmer !

Vous êtes des êtres infinis, remplis de rêves, d'envies et surtout, de possibilités ! Ne gâchez pas tout ce potentiel avec de la peur, de la jalousie, et des insécurités. Ne renoncez pas à vos rêves de conquête du monde parce que vous voulez rester avec votre copain.

Les gens sont temporaires. Vos rêves sont urgents et permanents.




16 comments :

  1. Ton article est très intéressant, comme toujours lorsque tu écris sur ce sujet ;)
    En revanche je ne suis pas tellement d'accord avec ta comparaison, il y a quand même un pas entre le fait d'être un vieillard diminué et dépendant, et de demander quelquefois l'avis de son entourage.
    Mais tu as raisons, beaucoup de relations (amicales ou amoureuses) sont basées sur la possession, la jalousie et le besoin de contrôle. Lire un article comme le tien me pousse à la réflexion sur mes relations, et comment être plus détachée. Donc merci :)

    Marine
    http://vivregreen.blogspot.fr

    ReplyDelete
    Replies
    1. Oui, ce n'est pas la même dépendance, mais je trouve que faire le parallèle est intéressant :) c'est plutôt une sorte de "tu as peur d'être dépendant plus tard ? Et si on commençait déjà par ne plus l'être maintenant ?" Parce que c'est con, un peu, de passer d'une dépendance à une autre.

      Delete
  2. Bon il y a une partie pour laquelle je suis ad'accord a savoir... cesser de chercher l'avis des autres. Ca fait longtemps que je me suis détachée de ça et je vis nettement mieux. Le seul qui à le droit de me donner un avis c'est mon mari et sans plus. Par contre, un effort est a fournir par rapport à mon père mais chaque chose en son temps. Parfois je demande l'avis de mon mari quand j'ai doutes sur l’association de vêtements ou menu... mais sinon je me suis détachée de ça (et j'en suis contente moi qui ne vivait que par le regard d’autrui avant!)

    Par contre... ce que tu dis sur les personnes âgées est vraie et en même temps pas (bah oui c'est mon secteur aussi!) Tu as des aide soignante qui ne laisseront pas la personne en placer une et d'autres qui feront tout pour investir le patient. Maintenant, de l'avis de beaucoup de gens, non devenir dépendant n'est pas drôle mais pas mal sont content qu'il existe des institutions ou des ASBL pour s'occuper d'eux. On ne peut pas rester fringant et beau toute sa vie. On ne peut pas être et avoir été, dit le philosophe.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Tu as raison, il y a des infirmières et des aides soignantes plus permissives que d'autres. Mais quand on vieillit on devient de toute façon dépendant, donc il y aura tout de même des choses pour lesquelles l'autre gérera pour nous, donc autant profiter maintenant qu'on a pas ça ^^

      Delete
  3. Merci, c'est tellement inspirant!!! M-E-R-C-I ❤️

    ReplyDelete
  4. Tes articles arrivent toujours au bon moment, j'hésitais par rapport à un choix important et culpabilisais de ne pas faire ce que n'importe qui me conseillerai de faire... tu viens de me conforter dans mon choix anti-raison & anti-attentes sociales. Et ça fait du bien.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Je suis EXACTEMENT dans le même cas pour mon choix de mineure l'année prochaine. Viens, on fait chacune le choix qui nous fait ENVIE !

      Delete
  5. Juste whaou. Je reste skotchée devant ton article tellement il est...réaliste.

    ReplyDelete
  6. Tout à fait d'accord avec toi, sauf pour un truc. Les gens ne sont pas temporaires. Même si l'enfer c'est les autres. Les gens, c'est aussi une richesse, qui s'ancre en soi et dans le temps pour certains. C'est trop triste de penser qu'ils sont tous consommables et remplaçables.
    Certaines relations sont pour la vie. Et ce sont d'ailleurs les meilleures qu'on puisse avoir.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Personnellement je ne crois pas aux relations "pour la vie". Certaines durent plus longtemps que d'autres, mais mon entourage actuel n'est plus du tout le même qu'il y a 5 ans, et j'imagine qu'il en sera de même tout au long de ma vie, et c'est ok ! Je pense qu'on s'inquiète trop et qu'on est trop triste pour nos relations, quand les gens partent, mais c'est comme ça que la vie est faite !
      Après ça ne change rien à la richesse des relations, quand on sait les gérer.
      Henry Miller disait "je crois en l'amitié, pas aux amis" et je trouve qu'en un sens, il avait raison. L'amitié est merveilleuse, l'amour est merveilleux, être entouré est fantastique, mais il faut garder en tête que les gens vont et viennent. Même les amoureux, même les meilleurs amis.

      Delete
  7. Salut,

    L'esprit collectif terrestre a encore frappé : tu écris trait pour trait (parfois mot pour mot c'est hallucinant!) ce que j'écris dans mon livre Métro, boulot... bonheur! qui vient de paraître.

    Heureuse de voir qu'on est pleins (ou au moins quelques un) à penser comme ça, c'est évident mais il faut parfois se le remettre en tête : penser à soi c'est pouvoir ensuite penser aux autres et vraiment leur donner en étant disponible et heureux : quoi de mieux ?

    Merci pour ce bel article que je relaie :-)

    ReplyDelete
  8. J'adore, totalement ce que j'avais besoin d'"entendre", je vais me répéter ce texte comme un mantra, je vais m'imprimer ton article et le coller sur ma glace pour y penser chaque matin

    ReplyDelete
  9. MERCI. M.E.R.C.I.
    je n'ai pas grand chose d'autre à dire.

    ReplyDelete
  10. MERCI. M.E.R.C.I.
    je n'ai pas grand chose d'autre à dire.

    ReplyDelete