Tuesday, July 19, 2016

Oui, on peut devenir, à peu de choses près, qui on veut.



Je ne fais jamais de vélo. J'ai toujours peur de tomber et du coup, ça me fait peur et je n'en fais pas. Pendant 8 ans, je n'ai pas écrit un seul poème, après avoir repensé à ceux que j'écrivais à 12 ans, j'ai conclu que j'étais nulle et je me suis interdit d'en écrire à nouveau.
J'ai tendance à dire sans cesse que je suis stupide, que j'ai "le cerveau d'un faon", que je suis idiote.
J'ai passé mes deux ans d'espagnol à prononcer le R comme un R français, parce que de toute façon je ne sais pas faire le R roulé.
Je connais plein de vérités sur moi-même : je suis quelqu'un de stressé. D'anxieux. De timoré. De stupide.
Dans ma famille, personne n'est souple. Je ne serai donc jamais souple.

Ça, ce sont mes pensées limitantes.
Qu'est-ce qu'une pensée limitante ?
C'est une chose que l'on a tendance à se répéter et qui nous empêche de progresser. Ce peut être un préjugé, une idée reçue, une pensée récurrente, qui vous limite.
J'ai plein d'exemples de tous les jours.

J'aimerais jouer au lotto, mais je ne gagnerai jamais.
Je suis littéraire, donc je suis nul en math.
Les hommes sont des porcs.
Je suis trop grosse pour porter un mini-short ou une mini-jupe.
C'est ma personnalité, je suis comme ça.
Le monde est dangereux.

Et il y en a tellement d'autres.

Saviez-vous que votre cerveau changeait tout au long de votre vie, et ce, quotidiennement ? A chacune de vos actions, chacune de vos pensées, votre cerveau se modifie. Votre personnalité peut donc se modifier grâce à une bonne dose de gymnastique mentale (sinon, nous ne changerions pas entre nos 8 ans et nos 50 ans), et vous n'avez aucune raison d'être mauvais dans une seule discipline en particulier.
Saviez-vous également que vous aviez souvent une vision faussée des choses et de vous-même ?

Vous pouvez être fort en sciences alors que vous venez d'une famille de littéraires. Vous pouvez faire un grand écart alors que vos parents ne touchent même pas leurs pieds en gardant les jambes tendues. Vous pouvez porter cette robe même si vous pesez 90 kg. Essayez, sans déconner. Est-ce que vous prenez feu ? Non, alors portez cette robe.

Il y a très peu de choses déterminées en ce monde. Peu de choses que vous ne pouvez pas changer. Les soucis mentaux comme l'anxiété, la dépression, un grand nombre de maladies, tout cela peut être très difficilement contrôlé (c'est même souvent presque impossible), mais il reste un nombre incalculable de paramètres dans votre vie que vous pouvez modifier.

Vous pouvez vaincre des peurs obsolètes, des vieilles phobies d'enfance que vous n'avez jamais remises en question.
Vous pouvez courir un marathon si vous vous entraînez suffisamment longtemps. Même si vous n'avez jamais fait de sport de votre vie jusqu'à aujourd'hui.
Vous pouvez écrire un roman entier même si vous ne vous êtes contenté que de nouvelles.
Vous pouvez lire 100 romans en un an.
Vous pouvez rouler les R (promis, je vous préviens quand j'y arrive).
Vous pouvez faire le grand écart.
Vous pouvez gagner au lotto un jour.
Vous pouvez devenir moins agressif, moins stressé, plus ambitieux, moins dépendant.
Vous pouvez vaincre des addictions.

Quand je dis aux gens "change ce que tu n'aimes pas", ça énerve.
"Oui mais...j'ai ce handicap que je ne peux pas changer."
Ah oui, effectivement. Et quid de cette addiction au tabac que tu ne kiffes pas non plus ? Et quid de cette envie de démarrer une chaîne Youtube que tu repousses depuis des mois parce que tu ne te sens pas légitime ?
"Oui mais...on ne peut pas décider de tout, y a des filles de 15 ans qui sont mariées de force."
Si tu me lis, tu n'es pas une fille de 15 ans mariée de force.
Enfin, peut-être suis-je lue par une tribu de filles de 15 ans mariées de force et dans ce cas je m'excuse, cet article n'est pas adapté.
Mais j'ai un doute.
Quelque chose me dit que parmi mes lecteurs, une majorité est bien portante, indépendante, et pourtant...reste persuadée qu'il y a des choses qu'elle ne peut pas faire, qui n'est pas à sa portée. Et qui se cache derrière des "oui mais tout le monde ne peut pas"...Jusqu'à preuve du contraire, nous sommes tous différents, avec des obstacles différents, des soucis différents, nous ne les avons pas tous en même temps, alors à moins d'être paralysé à vie et d'être maintenu en vie grâce à une machine au fond d'un hôpital, vous pouvez faire BEAUCOUP DE CHOSES !

En juin, j'ai eu une crise de panique durant un examen de latin. J'ai dû me lever et quitter la pièce sans même avoir pu commencer à écrire.
Il y a deux jours, j'ai vaincu l'une de mes peurs et j'ai été nager dans l'océan.
Mon problème à moi, c'est la peur et le stress. Il y a des choses contre lesquelles je ne peux pas me battre (comme les crises de panique), et des choses que je peux vaincre une fois dans le bon état d'esprit. Tout est question d'équilibre, de mesure et de tri. Les crises de panique ? Ok. Le stress constant et la peur de toute chose hostile à mes yeux ? Je n'en veux plus.

Dans ce monde, les limites existent. Le souci, c'est que 80% de ces limites sont inventées. Elles sont en papier ! Les préjugés, les diktats, la manipulation mentale, l'éducation, toutes ces choses bâtissent des limites qui peuvent être détruites d'un gros coup de poing.

La prochaine fois que vous vous dites "je ne peux pas", essayez de décortiquer les raisons de ce "je ne peux pas". Est-ce vraiment un problème impossible ?
Est-ce un problème physique ? (maladie incurable, handicap)
Est-ce un problème d'argent ?
Est-ce votre copain ou votre copine qui ne veut pas ?
Est-ce le manque de temps ?
Est-ce la peur ?
Est-ce la certitude de ne pas avoir les capacités ?
Quel est le problème ? Est-il contournable ? Souvent, oui.

Vous n'êtes pas obligé de vivre une vie qui ne vous convient pas, en pensant que c'est "comme ça".
Il n'y a pas de "c'est comme ça".
Vous êtes maître de tellement de choses. De vos envies, de vos objectifs, de vos rêves, de vos aptitudes.
De votre personnalité.
De votre quotidien.
De vos R roulés.

Remettez tout en doute, une fois de temps en temps. Arrêtez-vous et demandez-vous : est-ce que c'est vraiment "comme ça" ? Est-ce que je ne déforme pas tout ? Est-ce que c'est inéluctable ?
Par défaut, dites-vous non. Et essayez de tout contourner.
Est-ce que c'est VRAIMENT impossible ?
Foncez.

Quelle est la chose que vous avez envie de réussir ? Que vous vous êtes interdit d'essayer ?
J'ai envie qu'on arrive ensemble à faire notre premier pas vers une existence sans limite.
Qu'est-ce que vous aimeriez faire, ou savoir faire, mais qui n'a "jamais été pour vous" ? Qui a toujours été exclu ?
J'aimerais que vers la fin de l'été, nous nous retrouvions pour faire le point. Quelles limites aurez-vous bousculé ?
J'aimerais faire une promenade en vélo, ce que je n'ai plus fait depuis 10 ans parce que "j'ai peur du vélo, je peux tomber".
J'aimerais revenir et vous sortir le R le plus roulé de l'histoire de la Russie et de l'Espagne réunis.
J'aimerais venir et dire "je ne suis plus stressée, et je suis très intelligente".
J'aimerais réussir tous mes examens alors que le monde entier semble me dire "à ce point-là tu peux juste espérer des dispenses".

Quelles choses excitantes et interdites aimeriez-vous pouvoir me raconter à la fin du mois ?




14 comments :

  1. Merci pour ce chouette article ! :)

    Bien sûr il y a des choses sur lesquelles on a aucune emprise, mais on a toujours une marge de manœuvre (qui peut être plus ou moins large), il faut apprendre à s'en servir.

    A la fin de l'été je veux avoir réussi à faire mes 15min de travail sur la voix tous les jours ;
    Je veux m'être avancée pour mes cours de l'année prochaine (c'est une longue histoire de manque de temps l'année qui vient), même si je me dis que je suis trop flemmarde ;
    Je veux avoir commencé à apprendre à exprimer mes émotions (d'ailleurs si tu veux faire un article sur ça...).

    ReplyDelete
  2. Je peux aller à la plage avec mes poils et sortir sans soutien-gorge. Ce sont des choses bêtes mais avant je ne pouvais pas.
    Maintenant je veux réussir à écrire, réussir à faire un dessin par jour pendant un mois et à dessiner plus souvent en général.
    Bon courage pour tes objectifs, tu peux réussir <3

    ReplyDelete
    Replies
    1. Oh et puis super important : je veux arrêter de penser que comme je suis une incapable sociale alors je ne peux pas parler à ce garçon cool, je ne peux pas passer ce coup de téléphone pour une information importante, je ne peux pas dire bonjour dans la rue, je ne peux pas aller déposer un CV, que je ne peux pas aller demander un article à une vendeuse... Le pire c'est que c'est des choses que j'ai déjà faite, donc que logiquement je peux faire, mais je continue de penser que c'est au dessus de mes forces et ça me bouffe la vie.

      Delete
  3. Je veux pouvoir être la personne que j'ai envie d'être!
    Merci, cet article m'a beaucoup touché et me redonne du courage!
    C'est ce genre de petites choses, de petits bonheurs qui motivent et font avancer dans la vie. Cela permet de regarder en avant en se disant que tellement de chose sont à notre portée et que je peux être qui je veux, mais surtout, que je peux être fière de moi!
    Encore merci et je te souhaite du courage, de la volonté et de l'optimisme pour l'avenir.

    ReplyDelete
  4. Ton article donne beaucoup de courage et de motivation !
    Voici deux choses que je cesse de m'interdire :
    - Essayer de me lever très tôt pour commencer la journée du bon pied ( je me l'interdisais parce que "de toute façon je suis lève-tard je n'y arriverais pas" )
    - Et me mettre à la méditation ( "je ne peux pas rester calme plus de deux minutes ce n'est pas pour moi" )

    Et au fait, tiens-nous au courant de tes R roulés ! Je suis sûre que tu peux y arriver :)

    ReplyDelete
  5. Témoignage touchant et aidant alors merci !!

    ReplyDelete
  6. J'ai 60 ans et bien j'ai toujours peur du vélo et de nager et bien maintenant je m'en fiche ! Je sais faire plein d'autres choses que d'autres ne savent pas, on ne peut pas tout savoir faire, il faut juste savoir faire un jour heureux l'un après l'autre à pied , à cheval en vélo ...

    ReplyDelete
  7. Ouah comme c'est inspirant et bien écrit ! Félicitations ! Avec une si jolie plume, on les embête les R roulés. :)
    Tu as raison, on se trace souvent notre propre cercle au sol, imaginaire, et on s'empêche d'en sortir...

    Maya Joys
    http://mayajoys.com/

    ReplyDelete
  8. Merci pour cet article très inspirant et qui donne à réflechir !
    De mon côté, les R roulés sont VRAIMENT une cause perdue (ok ok, je m'arrête)
    Bonne soirée :)

    ReplyDelete
  9. Magnifique article, et qui tombe à pic en plus. Depuis quelques mois, je suis sur un projet que je n'aurai jamais imaginé concrétiser : créer un blog. Maintenant j'ai pleins de projet en tête et je me suis lancée dans l'apprentissage du codage et dans l'e-marketing !
    Ton article me fait vraiment réaliser à quel point je change mentalement, merci !

    http://hopura.blogspot.fr

    ReplyDelete
  10. Merci pour cet article qui est très inspirant! Il y a des aspirations que l'on garde éternellement au fond de soi. On espère qu'elles se matérialiseront avec le temps et en même temps on ne fait rien pour, croyant la plupart du temps qu'on ne mérite pas d'avoir ce que l'on veut dans la vie. Il faut faire le tri entre ce que l'on veut pour soi et ce que la société nous impose. Pas fastoche d'être un humain! :-)

    ReplyDelete
  11. Je cours deux fois par semaine et j'aime ça ;
    Je suis ouverte aux autres et sociable ;
    J'assume qui je suis -mes idées, mes actions ;
    J'ai une bonne posture et le dos droit;

    pour ma part, le chemin est long et un mois ne suffira pas (baby-steps ♥), mais d'ici la fin de l'année, j'espère que ce sera le cas. (sauf le dernier, sur lequel je n'ai finalement pas trop d'emprise puisqu'après tout, je suis cambrée de morphologie... mais je peux tout de même arrêter de me tenir avachie)

    ReplyDelete
  12. C'est parce que "je suis une littéraire donc je suis nulle en math" que je n'ai pas fait les études que je voulais faire il y a 10 ans

    ReplyDelete
  13. Je me lance enfin dans le dessin, avec une page DeviantArt et une page Facebook :)
    J'ai eu très peur au début de ne pas "me sentir légitime", mais le peu de personnes qui aiment ma page y sont fidèles. Comme le peu de lecteurs de mon blog. Et les gens qui commentent mes dessins m'encouragent, me poussent à continuer. Ça booste tellement !

    Moi la soi-disant scientifique, j'ai une âme et une sensibilité d'artiste que je peux enfin exprimer SEULE (pas comme en musique où je préfère jouer en groupe).

    Effectivement, on se pose beaucoup de barrières nous-mêmes...

    ReplyDelete