Wednesday, May 25, 2016

Faut-il toujours écouter ce que les autres ont à nous dire ?


Ces temps-ci, j'ai eu l'occasion de me rendre compte d'une chose à propos de mes relations, et des relations en général. A propos de l'image que nous avons de nous-même après un bon passage au rouleau compresseur des relations.

L'autre jour, c'était la pleine lune, et j'étais occupée à tranquillement faire mon tarot chez moi quand je me suis rendue compte de quelque chose.

Parfois, les gens vous disent des choses sur vous que vous prenez au mot. Cela peut être quelque chose comme "tu n'arrives jamais à rien" ou comme quelque chose de plus bienveillant comme "tu dois te secouer un peu", "tu devrais faire ceci, arrêter de faire cela".

On nous dit beaucoup de choses et le problème, c'est que souvent, nous absorbons tout. Je pense que vous en avez déjà fait les frais. Une sœur qui vous dit que vous chantez faux et vous n'osez plus pousser la chansonnette durant des années. Un ami vous déconseille une activité et vous vous interdisez de l'essayer jusqu'à ce que vous franchissiez le pas et vous rendez compte que...vous adorez ça. Un parent souligne votre "paresse" et vous culpabilisez chaque fois que vous restez dans le canapé.

Durant la première partie de mon année universitaire, je me suis fait un peu malmener par une personne que je considérais comme mon ami, mais qui n'était pas très sain pour moi. J'ai vécu un enfer miniature avant de commencer à fréquenter un groupe de filles avec qui je m'entendais bien. Elles m'ont aidé à avoir la force de ne plus parler à cet "ami".
Seulement, je pense que nous sommes alors passée dans une relation "sauveteur / sauvée". Je n'étais plus rabaissée constamment comme avec mon autre ami mais finalement, on me répétait souvent que j'étais fragile, que j'étais une victime, des choses comme ça.
Comme c'étaient mes amies et qu'elles m'avaient énormément aidée auparavant, j'ai pris cela pour une vérité. Je ne pouvais rien faire seule, je me faisais malmener par les autres, je me faisais arnaquer, j'étais une grosse fragile victimisée par le monde entier.

Jusqu'à l'autre jour, ce fut l'image que j'ai eue de moi. L'idiote du village, avec la cervelle d'un faon, incapable de s'en sortir seule dans la vie.
Et ce n'était la faute de personne, ces amies voulaient mon bien, elles voulaient m'aider.

Alors l'autre jour, je tirais mes cartes tranquillement et notais mes résultats consciencieusement quand mon attention fut attirée par l'une d'entre elle.
Elle me conseillait exactement le contraire de ce qu'on me disait habituellement.
Alors que mes amies me disaient sans cesse "le mec de qui tu es amoureuse, arrête de lui parler, arrête de penser à lui, passe à autre chose" (bon conseil à la base, c'est vrai), mes cartes me disaient "ça ne sert à rien de te brider, ressens ce que tu ressens, et exprime-le sous forme d'art."
J'étais d'abord confuse, je me disais "mais non, ce n'est pas ce qu'on m'a dit ! Moi je suis censée ne plus y penser et ne plus en parler !" et finalement, je me suis rappelé à quel point j'étais stressée, à quel point je me mettais une pression monstre, pour quoi ? Pour, finalement, que mes amies ne soient pas déçues de moi et pour me forcer à ressentir quelque chose que je ne ressentais pas.



Cela m'a amenée à réfléchir et à remettre en question tout ce qu'on m'avait dit.
Suis-je vraiment fragile ?
L'année passée, je courrais 10 km tous les jours, j'ai même fait les 20 km de Bruxelles. Il y a deux ans, j'ai eu deux amoureux et j'ai du me battre durant des mois pour ça, faisant face aux insultes, aux remarques, aux critiques, juste par amour. J'ai écrit un roman de 260 pages word. J'ai posé nue sur mon blog.
Fragile ?
Fra-gile ?
La blague !

Suis-je vraiment une victime ?
Je pense que le simple fait que j'écrive cet article montre bien que finalement, je ne me laisse pas tant faire que ça.

Et finalement, je me suis rendue compte de tellement de choses. Que déjà, je ne chante pas si faux (pour quelqu'un qui ne chante jamais), que je ne suis pas fragile, que je ne suis pas une victime, que je ne suis pas trop ceci, trop cela, que j'ai le droit d'être amoureuse même si ça ne mène à rien (qu'on me fiche la paix, à moi et mes sentiments, merte !) (c'est merde avec l'accent belge, laissez-tomber), que je n'ai pas besoin de "me secouer", que je n'ai pas besoin d'être améliorée par les autres, tout simplement !

Mais à quoi est-ce que tout cela nous mène ?
A ceci :
Je suis certaine qu'en ce moment-même, quelqu'un est en train de décider de la manière par laquelle vous vous sentez. Que ce soit un parent, un ami, un amoureux.

Et ce que j'aimerais vous dire, c'est de bien observer vos pensées, vos croyances par rapport à vous-même. Sont-elles justes ?
Est-ce qu'elles vous mettent mal à l'aise ?
Est-ce qu'elles sont justifiées ?
Est-ce qu'elles vous enlèvent de la confiance en vous ?

Et même, demandez-vous ceci ; que gagnez-vous à faire telle ou telle chose qu'on vous a dit de faire ? Est-ce que c'est vraiment bénéfique pour vous ?
Ou est-ce que ça dérange juste quelqu'un d'autre ?
Parfois, on me dit que le fait que je refuse de voyager seule est un problème à régler et que je dois apprendre à le faire.
En vrai, non. En vrai, ma vie est parfaite comme ça. Mais la personne en face de moi aime voyager seule.
Parfois, on me dit que j'ai tendance à fuir face au conflit.
Est-ce que c'est un problème ? Non. C'est ma façon de gérer les choses. Mais la personne en face de moi aime confronter les choses.
Hier, mon père m'a dit qu'il était anormal que je sois aussi peu à l'aise sur un vélo, et que c'était quelque chose de grave.
Mais...qu'est-ce qu'on en a à foutre que je ne sache pas faire de vélo ? Mais Papa fait du vélo.

Parfois, les conseils des gens sont motivés par des sentiments comme la peur, la jalousie, l'inconfort. Et ce n'est pas grave, car nous le faisons tous. Mais je pense que nous devons tous apprendre à les reconnaître, et à ne pas fausser la vision que NOUS avons de nous-même.

Vous êtes la personne qui vous connaît le mieux. Si quelqu'un vous dit "je te connais mieux que toi-même", il se trompe. Henri Bergson disait que la meilleure façon de connaître quelque chose, c'était de l'intérieur, car examiner une chose de l'extérieur donnerait toujours un savoir relatif et déformé.
Voilà, mon examen raté d'histoire de la philosophie m'aura servi à quelque chose. A faire du namedrop.
Vous êtes la seule personne à vivre votre vie. Vous êtes la seule personne à marcher dans vos chaussures. Vous êtes le seul à vous voir à 23h lorsque vous regardez la télévision, vous êtes le seul à vous voir lorsque vous donnez un billet de 5€ à quelqu'un dans la rue, vous êtes le seul à vous voir lorsque vous pleurez après avoir raté un examen ou un entretien d'embauche, et vous êtes le seul face à vos propres pensées.
Personne n'est omniscient. Personne ne vous connaît autant que vous-même.

Alors osez vous dire :

Je ne suis pas d'accord

Je n'ai pas envie !

Je suis bien comme je suis.

Faites-vous confiance. N'écoutez que ce qui entre en résonance avec vous-même. Si vous n'êtes pas prêt à faire quelque chose, ne le faites pas. Si vous n'avez pas envie de faire quelque chose, ne le faites pas. Si quelqu'un donne une définition de vous et qu'elle vous met mal à l'aise, ne l'écoutez pas. N'écoutez que les gens en qui vous avez pleinement confiance, et là encore, toujours avec un soupçon de sens critique.

Aujourd'hui je voudrais vous dire de vous connaître vous-même. De ne pas avoir peur d'aller contre ce que les gens disent de vous. Posez-vous, dialoguez avec vous-même, comprenez-vous, et aimez cette version de vous-même que vous découvrez enfin, car c'est la seule véritable.

Voilà, j'espère que cet article vous aidera à vous rendre compte de certaines choses et à vous sentir en meilleur accord avec vous-mêmes.

Je vous embrasse.


13 comments :

  1. Bonjour Anaïs, je suis ravie de voir que tu as repris l'écriture, et j'espère que tu te portes bien, malgré tes cogitations ♥

    Chacun de tes articles est très salvateur pour moi, et pour une raison que j'ignore, ils tombent toujours tous durant les moments où j'ai le moins confiance en moi. Je me sens tellement mieux à chaque fois que je les lis, j'ai l'impression que moi aussi, je peux être forte. Ils me donnent envie de faire plein de chose, de prendre soin de moi, de m'aimer et d'arrêter de me malmener psychologiquement.
    De plus, celui-ci m'a fait prendre conscience que je pouvais parfois trop vouloir donner mon avis sur ce que font les autres -enfin mon copain, il est à peu près ma seule interaction sociale- et je me rends compte à quel point ça peut être toxique, de manière insidieuse, même si les choses ne partent pas d'un mauvais sentiment.

    Alors j'ai hâte de te relire, encore et encore, et j'essayerai de te laisser un petit commentaire à chaque fois ♥ je sais que c'est peu, mais tu mérites que ton travail soit reconnu, parce que tu es la seule personne qui met tous les mots justes pour pouvoir m'aider, alors qu'on ne se connaît même pas. Je crois que cette voie te sied parfaitement.

    Merci pour ta bienveillance,
    Plein de bonnes choses. ♥

    ReplyDelete
    Replies
    1. Un tout grand merci pour ce message (auquel je réponds un mois plus tard omg), je suis vraiment, vraiment heureuse que ce que j'écris puisse t'aider, et j'espère pouvoir le faire encore par la suite. <3

      Delete
  2. Rolalala eh, on serait pas soeurs jumelles de pensée ^^ :-)

    Ce passage est juste criant de vérité :

    "Je suis certaine qu'en ce moment-même, quelqu'un est en train de décider de la manière par laquelle vous vous sentez. Que ce soit un parent, un ami, un amoureux.

    Et ce que j'aimerais vous dire, c'est de bien observer vos pensées, vos croyances par rapport à vous-même. Sont-elles justes ?
    Est-ce qu'elles vous mettent mal à l'aise ?
    Est-ce qu'elles sont justifiées ?
    Est-ce qu'elles vous enlèvent de la confiance en vous ?

    Et même, demandez-vous ceci ; que gagnez-vous à faire telle ou telle chose qu'on vous a dit de faire ? Est-ce que c'est vraiment bénéfique pour vous ?"

    d'ailleurs, perso j'en avais fait un article de ce constat (cf. http://www.ca-se-saurait.fr/2015/10/20/toutes-les-reponses-sont-en-vous/) puis c'est devenu un livre ! (cf. http://www.ca-se-saurait.fr/metro-boulot-bonheur/), ce qui est rigolo c'est que j'y développe vraiment exactement la même pensée. "Arrêtez de croire pouvoir attendre le bonheur en suivant des modes de vie dictés par d'autres" :-)

    Bises !

    ReplyDelete
  3. Très bel article, plein de bons sens je dirais! J'ai souvent entendu ce genre de réflexions, qui m'ont tellement blessés, qu'elles ont fini par me "modelé" en tant qu'adulte... Jusqu'au jour où j'ai dis fuck! Je sais qui je suis et si mon comportement dérange quelqu'un, tant pis, c'est bien dommage, mais je ne changerais pour rien, ni personne. Quelqu'un de la famille de mon conjoint, m'a eu dit, je cite, "tu n'es pas très bien intégrée à notre famille... tu devrais faire si et ça, blah blah" Ce qui est dommage, c'est que: si, je suis très bien "intégrée" à ma belle famille... Mais elle, elle n'a jamais pris le temps de venir me parler et/où quand j'ai voulu lancer la conversation (je suis hyper timide, donc ça me coûte de faire le premier pas ah!) elle m'a répondu sèchement, sans continuer ce timide début de conversation...Je me souvient comment, ce qu'elle m'a dit m'avais fort touchée. Puis, je me suis rendu compte que c'était SON point de vue, faussée par le fait qu'elle ne me connait absolument pas (ou, par le prisme de ce qui est dit à mon sujet.) C'est important, je pense, de se rendre compte que ça, pour ne pas trop se faire "bouffer" par les autres...

    ReplyDelete
    Replies
    1. J'ai eu quelque chose de similaire, le père de mon copain ne m'appréciait pas beaucoup car "c'est dommage, elle a peur de tout, elle ne sort pas, elle ne profite pas de sa jeunesse". Hum...de quoi je me mêle ? Ce sont des gens qui n'ont rien à voir avec nous qui vont nous dicter notre vie et comment nous devons être, maintenant ? Noooon ! xD

      Delete
  4. Chaque fois que je lis tes articles, j'en ressors fin motivée :)
    Tes mots sont particulièrement doux, justes & résonnent beaucoup à mon cœur
    Merci ♥

    ReplyDelete
    Replies
    1. J'ai l'impression que tu es toujours là pour laisser un mot gentil et ça me fait chaud au coeur <3

      Delete
  5. Je ne me reconnais pas dans l'intérêt que tu portes aux cartes mais tout le reste me parle... Je vais avoir 21 ans et ça fait seulement 1 an que je prends de la distance par rapport aux attentes / critiques de mes parents, mais en même temps je ne me sens pas libre car ils payent tout pour moi
    Au hasard : tu sors pas assez, tu n'es jamais à la maison, tu n'étudies pas assez, tu n'as pas fait à manger, tu fais pas de sport, tu fais jamais de vélo, tu ne sais pour ainsi dire pas en faire...
    Donc je te comprends. Et même si je suis reconnaissante de pouvoir faire mes études sans souci d'argent, j'ai hâte d'être indépendante

    ReplyDelete
    Replies
    1. On n'a pas besoin d'avoir tout en commun avec quelqu'un pour apprécier ce qu'il fait, nous sommes tous uniques avec des intérêts différents :) Je suis contente que le reste t'ait plu !
      C'est rigolo les critiques comme ça...tu ne fais pas de vélo...heu oui, rapport choucroute avec la vie ? xD J'ai l'impression que les gens inventent tout et n'importe quoi pour critiquer. Je suis sûre qu'il y a des tonnes de choses qui sont géniales sur toi et pour lesquelles tu gères !

      Delete